A yemma amek (1993 : Communion avec la patrie vol.1) : Paroles et traduction

Paroles en Kabyle

A yemma

A yemma amek i dam-teḍra

Srewteɣ εebban wiyaḍ

G°riɣ-d am weblaḍ

S wallen ttawiɣ lewhi

Γef wul-iw yenneɣl ccyaḍ

Iles-iw d asemmaḍ

Ggummaɣ a d-refdeɣ timmi

Mi ẓriɣ iziker aneggaḍ

Yelsa-d icifaḍ

Ḥemmleɣ w’iteddun ḥafi

A yemma ṣebr ur ttru

Deg umezruy a kem-naru

W’iεeddan neɣ wi d-yusan

D aṛumi neɣ d mmi-s n Crif

Di tayett acu i d-rnan

Siwa ttεebga uɣilif

Assa ḥedṛeɣ i yiḍan

Ɛebb°eln i wedrar n nnif

Ur s-qqar mmi yenṭer

Ur jerreḥ deg wul inem

I igersan aqlaɣ neṣber

Wala ibbeεtiyen at lhem

Tagrawla neṛğa a tt-nẓer

Ma nemmut Ṛebbi a ɣ-yeṛḥem

Γef yiles-iw mi tettnadim

Iḥudd-ed weεdaw tilas

Ḥdeṛɣ-awen mi tɣellim

Ttaččaṛen yiss-wen leḥbas

Assa ḥedṛeɣ temserwim

Am waken negrent tissas

A yemma εzizen ur ttru

Ttaṛ-im a m-t-id-rreɣ

Di lεezza-m hdeṛ rnu

D agrawliw ttḥaṛebeɣ

D agrawliw ttnaḍaḥeɣ

Paroles en Français

Mère !

Mère ! Quel sort t’est échu ?

J’ai sarclé, d’autres font moisson

Je suis figée comme une pierre

Et des yeux, hagarde, je contemple.

Sur mon cœur, l’huile bouillante se déverse

Ma langue est transie,

Je ne puis plus relever les paupières.

Quand je vois la brute

Ajuster ses bottes,

J’aime le va-nu-pieds.

Mère, prends patience, sèche tes larmes;

Dans l’Histoire nous écrirons ton être.

Envahisseur passé, envahisseur qui vient,

Français ou descendant chérifien,

Sur mes épaules qu’ont-ils déposé

Hors un fardeau de rage ?

Aujourd’hui, je vois les galeux

Prêts à s’abattre sur la montagne de l’honneur.

Ne dis pas: mon fils est au plus mal.

Ne saigne pas en ton cœur.

Nous endurons les froids de glace,

Et que dire des baasistes, investigateurs du mal.

La révolution que nous guettons, nous la verrons;

Si nous mourons, que la paix soit sur nous.

Vous partez en quête de ma langue,

Et l’ennemi a franchi les interdits.

Je suis témoin quand vous périssez,

Quand vous engorgiez les geôles.

Aujourd’hui, je vous vois vous exterminer,

Comme si la dignité était anéantie.

Mère aimée, point de larmes.

J’accomplirai ta vengeance.

En toute quiétude évoque ta valeur,

Je suis révolutionnaire et protecteur.

Je suis révolutionnaire et vaillant.