Kenza (1994 – Kenza) : Paroles et Traduction

Paroles en Kabyle

Icheqqeq ifsekh iguenni

Lehwa tessared aẓekka

Yal targua a tremmegu a tnegui

A tseguikhent tghuza

Ddew tmedlin teffegh-d teghri

Tesṛaṛeh abbuh a tarwa

Ddew tmedlin teffegh-d teghri

Tesṛaṛeh abbuh a tarwa

A Kenza a yelli

Sbeṛ-as i lmeḥna

D iseflan neghli

F Ldzayer uzekka

A Kenza a yelli

Ur tsru yara

Khas terka ldjessa tefsi

Tikti ur tetsmetsat ara

Khas fellagh qessḥet tizi

I fachal a d-nadjew ddwa

Khas neqḍen acḥal d itri

Iguenni ur ineguer ara

Khas neqḍen acḥal d itri

Iguenni ur ineguer ara

A Kenza a yelli

Ur tsru yara

Ssebba f neghli

D Ldzayer uzekka

A Kenza a yelli

Ur tsru yara

Fran-ts fellagh zikenni

Uqbel a d-yeḥder wass-a

Iṣeguaden n tmusni

F tmurt gheḍlen-d rrehba

Nnghan Rachid Tigziri

Smail ur tezguilen ara

Nnghan Lyabes d Flisi

Busebsi d wiyaḍ meṛṛa

A Kenza a yelli

Sbeṛ-as i lmeḥna

D iseflan neghli

F Ldzayer uzekka

A Kenza a yelli

Ur ttru yara

Kherṣum d yiwen ad-yeguwri

Ad agh-id-ismekti azekka

F ldjerḥ iqecher ad yali

A d-nban ger tmura

Tarwa nnegh ad-tennerni

Khas akken g wrebbi n tlufa

Tarwa nnegh ad-tennerni

Khas akken g wrebbi n tlufa

A Kenza a yelli

Ur tsru yara

D iseflan neghli

F Ldzayer uzekka

A Kenza a yelli

Ur tsru yara

Paroles en Français

Le ciel pâlit, roule en crue

Le déluge lave les dalles

Les rivières atrocement, mugissent

Les terres d’alluvions coulent en torrent

Du fond de la tombe une supplique remonte

Dans sa douleur hurlante: “Ô mes enfants!”

Du fond de la tombe une supplique remonte

Dans sa douleur hurlante: “Ô mes enfants!”

Kenza, ma fille

Endure ce deuil

Nous, succombons sacrifiés

Pour l’Algerie de demain

Kenza, ma fille

Ne pleure pas

Même si le corps se décompose

L’idée ne meurt pas

Même si les cols à franchir sont âpres

À l’épuisement nous trouverons un remède

Même si tant d’étoiles se sont anéantis

Le ciel ne s’anéantira jamais

Même si tant d’étoiles se sont anéantis

Le ciel ne s’anéantira jamais

Kenza, ma fille

Ne pleure pas

La cause de notres trépas

C’est l’Algerie de demain

Kenza, ma fille

Ne pleure pas

Ils ont scellé notre sort depuis longtemps

Avant ces jours de tragédie

Les persécuteurs de la connaissance

Sur notre terre étendent la désolation

Ils ont tué Rachid TIGZIRI

Smail, ils ne l’ont pas manqué

Ils ont tué LIABES et FLICI

BOUCEBSI et tant d’autres encore

Kenza, ma fille

Endure ce deuil

Nous, succombons sacrifiés

Pour l’Algerie de demain

Kenza, ma fille

Ne pleure pas

Au moins, il devait en rester un

Il nous rappellera le futur

Sur les plaies la croute apparaitra

Nous nous dresserons parmi les autres nations

Notre descendance sera nombreuse

Fût-ce dans le giron des épreuves

Notre descendance sera nombreuse

Fût-ce dans le giron des épreuves

Kenza, ma fille

Ne pleure pas

Nous, succombons sacrifiés

Pour l’Algerie de demain

Kenza, ma fille

Ne pleure pas