Yeḥzen Lwad Aεisi (1981 : Yeḥzen Lwad Aεisi) : Paroles et Traduction

Paroles en Kabyle

Yeḥzen Lwad Aεisi

Mi-gebda imenɣi

Yebb°eḍ-iten lεeskeṛ deg-yiḍ

Tuddar slant irk°elli

Ṣubbent ɣer Tizi

Kul abrid a yettfeggiḍ

Aayen a yettfeggiḍ

Ur telli t-tisselbi

Neḥwağ tilelli

Uqbel a ɣ-ḥeṛṛen ɣer lhiḍ

Akken nella zik an-nili

Ma yella imenɣi

W’immuten a d-yennerni mmi-s

A wid iḥekmen ayenni

Ur nelli d ulli

Tamurt iban-d llsas-is

Tamaziɣt at-tennerni

Arṣeḍ ad yeffi

Kul lḥağa tesεa bab-is

I tmes i-gceεlen m’at-texsi

Yeqqim-d usteqsi

Uzzal igezm-it ṣṣdid

Ma d lεeskeṛ yebb°eḍ Tizi

D lbaṭel i-gebb°i

Γer Lezzayer yegzem webrid

Ayen yegzem webrid

Tendeh tmurt irk°elli

Begset ya lɣaci

Γurwat a ɣ-cudden s lqid

Teg°ra-d s idim ma yeɣli

Nnif a d-yali

Si zzman nesfa-d ur nerkid

Ayen ur nerkid

Ṛṛuman seg-neɣ yebbi

Wi d-yusan yebb°i

Nezga nezdeɣ di ttweḥid

Xas εeddan leqrun nugi

Neched s ujenwi

Mi ɣ-d-bb°in awal ajdid

S yeqjan d leslaḥ begsen

Akken ad kublen

Widak i d-yeggurreεn tidett

Acḥal deg widak ḥebsen

Ur neẓri ma ddren

S iciwi rran-aɣ tirgett

T-tirebba i ten-id-ceggεen

S leslaḥ nnsen

Wehhan-asen adrar ččet-ett

Di ṛebεa u εecrin yid-sen

Begsen-d bb°in-ten

Mi tzehher tmes di Tizi

Ttun sεan atmaten

Aa ten-id-yessufɣen

Myefkan lεahed irkelli

Beḥten-ten wwten-ten

Ulac acu ur sen-xdimen

A d-inin ayen ur nelli

Ğeṛğeṛ yefṛeḥ mi d-ffɣen

Yark° yeḥwağ-iten

Mlalen-d di Lwad Aεisi

Ma d widak yessefsaden

Assa nerna-ten

Ssqef n teεdawt yeɣli

Paroles en Français

Deuil sur El-oued Aïssi

Depuis le début des émeutes.

Nuit venue, soldats grimpant à l’assaut.

Tous les villages alertés,

Le peuple afflua vers Tizi.

Toutes les rues bouillonnaient;

Pourquoi bouillonnaient-elles ?

Ce n’est pas là démence !

Nous voulons la liberté,

Allons, avant qu’ils nous mènent au peloton.

Tels que nous fûmes, nous serons;

Si des luttes se déclarent,

Le fils succédera à son père succombant.

Hommes du pouvoir, pourquoi ce supplice ?

Voyez, nous ne sommes pas un troupeau:

Les fondations de notre patrie sont visibles.

Tamazight épanchera ses richesses

Et nous crèverons l’abcès funeste:

Il n’est pas d’être qui n’ait de racines.

Et ce feu déclaré, s’éteindra-t-il ?

Demeure l’angoisse face à l’épreuve.

La rouille a rongé le fer.

Mais l’armée occupe Tizi,

Y semant l’oppression.

Vers Alger les routes sont coupées,

Pourquoi sont-elles coupées ?

Notre terre est ébranlée:

Soyez prêts à combattre, garde !

Qu’ils ne nous remettent sous leur joug !

Si notre sang devait couler,

L’honneur en jaillirait.

Nous sommes depuis toujours dans les troubles,

Pourquoi dans les troubles ?

Les Romains nous ont mutilés.

Qui nous envahit nous pille:

Et nous demeurons subjugués.

En dépit des siècles passés, nous nous insurgeons:

Ce n’est que sous le tranchant de l’épée

Que nous nous sommes soumis à la parole nouvelle.

Avec armes et chiens, ils se sont apprêtés;

Afin de prendre au piège

Ceux qui ont éructé la vérité.

Combien parmi ceux capturés,

Combien dont nous ignorons le sort ?

Ils ont posé un brasier dans notre poitrine.

Ils les envoyèrent par meutes,

De leurs armes, ils désignèrent

La montagne: “Dévorez-la !”

Ils étaient vingt-quatre,

Dont ils se saisirent

Lorsque le feu grondait à Tizi.

Mais ils avaient oublié qu’ils avaient des frères

Prêts à les libérer.

Ils s’étaient tous donnés parole.

Ils les harcelèrent, les frappèrent:

Pas de sévices qu’ils ne leur firent subir

Pour avouer ce qui n’est pas.

Le Djurdjura se réjouit de les voir libres;

Il a besoin de tous ses enfants.

Ils se rencontrèrent à El-Wad Aissi.

Quant à ceux qui sèment les saccages,

Aujourd’hui, nous les avons vaincus:

Le toit de l’adversité a croulé.